Expositions

Exposition permanente et expositions temporaires

EN TOUTE LIBERTÉ | EXPOSITION PERMANENTE

La Maison de la littérature incarne un concept unique en Amérique du Nord, un dispositif culturel où l’on retrouve notamment une exposition permanente sur la littérature québécoise.

Sur les trois étages, une vaste exposition met en valeur le patrimoine littéraire du Québec. En plus de centaines d’œuvres et d’auteurs, des thématiques historiques et contemporaines sont mises en valeur, notamment par des extraits d’archives de Radio-Canada. Audioguide en main, explorez les chemins de notre littérature.

Découvrez la liste des auteurs présentés dans l'exposition en cliquant ici.

L'exposition En toute liberté a été réalisée par la Ville de Québec sous la direction de la commissaire Cécile Ouellet. Une présentation de Radio-Canada.

Consultez le panneau situé à l'entrée de la Maison de la littérature pour découvrir le nom de tous les artisans ayant collaboré à la création de cette oeuvre. 

   

 

EXPOSITIONS TEMPORAIRES

 

Le Lactume
Du 24 janvier au 4 mars 2018

À l’occasion de la publication du Lactume de Réjean Ducharme, les éditions du passage offrent une occasion unique de voir exposée la reproduction de l’intégralité de ce manuscrit, tout en présentant une lecture d’extraits de l’œuvre par la comédienne Markita Boies, dans une mise en scène de Martin Faucher.

C’est en 1966, année de la parution de L’Avalée des avalés, que Réjean Ducharme fait parvenir le manuscrit du Lactume aux éditions Gallimard, en France. Cinquante-et-un ans plus tard, après une véritable odyssée qui l’a fait voyager de Saint-Ignace-de-Loyola à Paris puis à Montréal en passant par Chartres, le manuscrit voit enfin le jour sous forme de livre aux éditions du passage.

Le Lactume est un trésor retrouvé qui nous donne à voir et à lire l’humour tout en finesse de Ducharme. Il nous offre un ensemble de 198 dessins et de textes où se révèlent les thématiques qui lui sont chères: l’enfance perdue, la duplicité des adultes, la difficulté d’aimer, la phobie du pouvoir, de toutes les formes de pouvoir. On touche ici à la singulière force subversive de Ducharme dans son rapport à la langue, mais aussi dans son rapport à la société.

Vernissage le 24 janvier à 18 h 30 (gratuit)

Lecture-spectacle le 24 janvier à 20 h (billetterie)

 

Empreintes [écrire la lumière]
Du 11 novembre 2017 au 21 janvier 2018

Il y a d’abord ce bruissement de l’eau, le retour imperceptible des chaleurs. Dans les creux du corps où se dépose enfin la lumière, des petits bouts de feuille, des restes de gerçures. Vestiges d’un temps du sauvage et de l’immobile.

C’est en effet là que vous battez, cœurs asynchrones, vous qui marquez nos vies de vos passages. Empreintes indélébiles investies de l’intérieur, car l’ombre. 

Car la lumière.

*

Parce qu’il y a ces êtres qui peuplent nos errances, parce que l’écriture se fait avant tout dans la chair et pour la peau, parce que la photographie embrase à tout jamais, il était urgent de revenir au nœud de la première absence, celle où la mort de l’Épinal, le passe au feu des idéaux.

Empreintes [écrire la lumière] ouvre donc cette brèche du nécessaire, pour l’image et ses remontées jusqu’à la source. Douze tableaux photo-poésie présentent ainsi les fragments laissés par des êtres qui ont été aimés, qui ont été perdus. Une parole s'élève des blessures et du silence pour retrouver leur trace, se dégage peu à peu de ses propres ruines pour renaître à elle-même. Et au cœur de l’image, le matériau-lumière. Son pouvoir de révélation… 

*

Cette exposition est le fruit d’une collaboration intermédiatique menée entre le photographe Pierre Barrellon et l’écrivaine Laetitia Beaumel au cours de l’année 2015-2016. Principalement conduite dans Charlevoix, l’exploration photo-poétique a donné naissance à un recueil autoédité de 132 pages, mais surtout à un dialogue sur les processus de création et à une réflexion sur le deuil.

Vernissage le 22 novembre, à 19 h

***

Laetitia Beaumel

Née en France en 1986, Laetitia Beaumel est agricultrice, auteure et musicienne. Candidate au doctorat sur mesure, elle est également auxiliaire de recherche et d’enseignement à l’Université Laval. Son recueil Il n’existe jamais que la moitié du ciel, paru en septembre 2017, lui a valu le Prix Piché de poésie.

Pierre Barrellon

Détenteur d’une maîtrise en biologie, Pierre Barrellon vit et travaille à Québec où il a fondé l’entreprise Brûler Retenir. Si sa photographie est initialement utilitaire et scientifique, il dérive progressivement vers la photo d’art. Sa pratique s’intéresse notamment à la photographie argentique comme trace du sujet mais aussi de l’artiste.