Résidence de création : Emil Ferris en résidence à Québec en décembre

La Maison de la littérature est heureuse d’accueillir Emil Ferris, autrice de Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, dans sa résidence d’écrivains, du 3 décembre 2019 au 6 janvier 2020.

Amoureuse de Québec depuis sa première visite à l’automne 2018, l’artiste américaine établie à Chicago a accepté l’invitation de la Maison de la littérature à venir travailler ici à la suite de son ambitieux cycle ainsi qu’à un projet spécial que vous pourrez voir évoluer dans le cadre d’une exposition présentée à la Maison de la littérature. C’est la première fois que son travail est présenté au Canada.

Le 10 décembre à 19 h, Emil Ferris se prêtera à un entretien public, dans le cadre des Grandes rencontres de L’Institut, animé par Julia Caron, de CBC Radio One à Québec (104,7).

Cette résidence est une collaboration du Consulat général des États-Unis, de la Ville de Québec, des Éditions Alto et de L’Institut Canadien de Québec.

 

Emil Ferris

Née en 1962, Emil Ferris gagne d’abord sa vie en dessinant des jouets et en participant à la production de films d’animation. À l’âge de 40 ans, elle se fait piquer par un moustique et ne reprend ses esprits que trois semaines plus tard, à l’hôpital, victime d’une des formes les plus graves du syndrome du Nil occidental. Elle ne pourra sans doute plus jamais marcher ni dessiner. Emil décide de se battre. Elle entame une longue et douloureuse convalescence, s’inscrit au Art Institute of Chicago et commence l’écriture d’un roman graphique qui s’étend sur 800 pages : My Favorite Thing Is Monsters. Du jour au lendemain, Emil Ferris est propulsée parmi les « monstres » sacrés de la bande dessinée.

En 2018, la maison d’édition Alto, établie à Québec, publie Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, la version française du livre couronné entre autres par trois Prix Eisner (meilleur album, meilleure auteure et meilleure colorisation), par le Fauve d’or du meilleur album à Angoulême et par le Prix des libraires du Québec 2019. Le travail d’Emil Ferris est marqué par le courage, la force, la résilience. Il est inspiré par ceux qui survivent, et c’est aussi à eux que ce livre est offert, à ceux qui se relèvent et ne veulent plus se taire. Si ce n’est pas une œuvre autobiographique, tout y est pourtant vrai.

À propos de la résidence

La Maison de la littérature possède une résidence qui permet d’accueillir à Québec des auteurs et des autrices d’ici et d’ailleurs, et de mettre en place des programmes d’échange d’auteurs et d’autrices avec diverses régions francophones, contribuant ainsi au rayonnement international de la ville de Québec. Des résidences ponctuelles peuvent également avoir lieu sur invitation ou en vertu de différentes collaborations avec des organismes.

 

La Maison de la littérature

Composante majeure de la Bibliothèque de Québec, la Maison de la littérature est un concept unique en Amérique du Nord : un lieu de création, d’animation et de diffusion voué à la littérature et à l’écriture. La Maison de la littérature est un espace de rencontre entre les citoyennes et citoyens, les écrivaines et écrivains, et les créatrices et créateurs en arts littéraires. Elle est issue d’un partenariat entre la Ville de Québec et L’Institut Canadien de Québec, qui la gère.

Les Éditions Alto

Alto est un incubateur d’histoires, de romans, de récits en provenance du Québec, du Canada et du reste du monde. Publiant peu pour publier mieux, Alto aime la curiosité, l’étrange, l’humour, l’étonnant et le détonnant.

 

 

Visuel © Emil Ferris