Retour sur la page blogues

Bernard Gilbert

Des voix nouvelles
9 juin 2017

Le mardi 6 juin, la Maison de la littérature honorait six lauréats de prix littéraires. Parmi eux, je tiens ici à souligner Annie Roussel, à qui nous venons d’attribuer le prix Nouvelles voix, et Georgette LeBlanc, présentement en résidence à la Maison de la littérature.

 

Annie Roussel est lauréate du volet pancanadien francophone du prix Nouvelles voix 2017, attribué tout récemment par L’Institut Canadien de Québec et le Centre québécois du PEN International. Ce concours est ouvert aux écrivains qui n’ont pas encore publié. Avec Le balbutiement des apocalypses, une nouvelle dont l’écriture, particulièrement riche et mature, a séduit le jury à l’unanimité, Annie Roussel traite d’un sujet dur et sensible. Une jeune femme agressée – est-ce une prostituée? – se retrouve enceinte. Va-t-elle avorter, garder le bébé, se suicider? Chaque lecteur peut en tirer sa conclusion. La trame est forte et bien menée. Vraiment, nous sommes heureux de remettre le prix Nouvelles voix à Annie Roussel, et nous la surveillerons dans les années à venir.

 

La seconde lauréate dont je veux parler, Georgette LeBlanc, a reçu plus tôt cette année le prix Champlain, remis depuis 1957 pour primer des livres parus dans la francophonie canadienne. Le grand feu (éditions Perce-Neige) est un incroyable récit. Ce roman en vers libre met en scène des personnages plus grands que nature, dont la vie chargée d’événements porteurs, créateurs de mythes et de légendes, est inspirée par le grand feu de 1820 à Baie Sainte-Marie, en Nouvelle-Écosse, d’où vient l’auteure. La langue de cette Acadienne, dont Le grand feu est le quatrième titre, est fulgurante, pleine d’images, de tourments et de passions. Elle prend le chiac à bras le corps et développe une écriture très personnelle. Elle a remporté plusieurs prix depuis une dizaine d’années. À compter de 2017, en juin, les lauréats du prix Champlain bénéficient de la résidence de la Maison, une façon de mettre en lumière la littérature des francophones hors-Québec.

 

Deux femmes, deux univers puissants, entre jeunesse et maturité…

Deux écritures à découvrir.

 

Bernard Gilbert

Directeur, Maison de la littérature

Retour sur la page blogues

On vous invite à commenter cet article sur notre page Facebook

Commentez