Retour sur la page blogues

La fiction au service du portrait orphelin

Depuis quelques semaines, Maude Poissant, écrivaine de Québec, expose dans la galerie de la Maison la série d’images et de textes Portraits égarés. Un projet d’une touchante humanité…

 

Glanées au hasard, au fil de visite dans des brocantes et autres bazars, dix photographies anciennes, noir et blanc ou sépia, représentent autant de portraits individuels ou de groupes inconnus. Un quatuor d’hommes sérieux, un père – ou est-ce un grand-père ? – avec trois enfants, une jeune communiante, quelques jeunes femmes, deux mères et leurs enfants, une classe au collège classique, jusqu’à cet homme seul en habit militaire.

 

Par l’écriture de courts textes de fiction, Maude Poissant donne vie à ces images. Elle invente des personnages, les met en situation, propose des histoires, des parcours de vie. L’art du texte bref consiste à créer, avec peu de mots, cet instant précieux qui suscite l’émotion. Qui sont les sujets de ces photos ? Impossible de le savoir. Ce que révèlent les textes, en lien peut-être avec cet inconnu, est toutefois d’une puissance remarquable.

 

Vous avez jusqu’au 23 juin pour visiter cette exposition.

Retour sur la page blogues

On vous invite à commenter cet article sur notre page Facebook

Commentez