Retour sur la page blogues

Liberté d’expression

Les vendredi 7, samedi 8 et dimanche 9 octobre, certaines activités de Québec en toutes lettres seront dédiées à la défense de la liberté d’expression dans le cadre de la rencontre organisée par le Réseau international pour les arts du spectacle qui se déroule à Beyrouth. L'Institut Canadien de Québec, par la Maison de la littérature et le festival Québec en toutes lettres, participe à la mobilisation pour défendre la liberté d’expression, notamment par les actions que nous menons avec le Centre québécois du P.E.N. International, tels la résidence d’écriture Exil et Liberté, qui existe depuis dix ans, et l’accueil du 81e congrès de PEN International, en octobre 2015. Voici la déclaration que nous appuyons :

 

Les droits des écrivains et des artistes à la liberté d’expression sont bafoués, brimés partout dans le monde, par les États, les religions et les mouvements religieux, les lobbys, les médias, les corporations privées, diverses communautés… et par les écrivains et les artistes eux-mêmes.

La censure s’exerce sous diverses formes, des agressions physiques aux contraintes les plus discrètes, incluant l’autocensure, notamment face à la peur de perdre un support financier, ou dans une tentative d’équilibrer son propos, ses actions, entre le respect et la provocation des sensibilités politiques, sociales ou religieuses.

Du 6 au 9 octobre, 150 écrivains, artistes et travailleurs culturels sont réunis à Beyrouth, capitale du Liban. Ils sont là pour échanger avec les écrivains et artistes du Liban, pour soutenir les efforts en vue de réformer les lois de la censure au Liban et ailleurs autour de la Méditerranée. Il nous faut recourir au remède le plus puissant qui soit : la solidarité. Il faut joindre nos voix en dédiant des activités à la défense de la liberté d’expression au Liban et ailleurs dans le monde.

 

 

 

crédit : Renaud Philippe 

Retour sur la page blogues

On vous invite à commenter cet article sur notre page Facebook

Commentez