Retour sur la page blogues

La lumière des livres | Michel Pleau

Michel Pleau, important poète de Québec, a fait de Saint-Sauveur le creuset de son travail. À l’automne 2015, autant pour son œuvre écrite que pour son action visant à démocratiser la poésie, il recevait le Prix de la personnalité littéraire de L'Institut Canadien de Québec. Lauréat du prix du Gouverneur général en poésie (2008). En 2014 et 2015, il a occupé le poste de Poète du Parlement, un mandat d’animation culturelle en collaboration avec le Service des programmes éducatifs de la Bibliothèque du Parlement à Ottawa.

Le mercredi 4 mai dernier, il rencontrait ses lecteurs à la Maison de la littérature.

« Si ma poésie peut rejoindre quelques lecteurs, femmes et hommes sensibles à une quête de lumière, tout cela n’aura pas été inutile » nous confiait-il alors. Poète à la fois solitaire et proche des gens, Michel Pleau cherche à dire la beauté du monde.  « La pratique du poème est assez semblable à celle de laphotographie. Étymologiquement,photographiesignifieécriture de la lumière. J’aime explorer l’écriture poétique en tant que photographie d’une lumière toujours menacée de disparition. Je suis un poète en quête d’images. L’image photographique, comme le poème, est la mémoire d’un fragment de temps. Je me sais habité par un granddésir de voirle réel. Et la poésie est une extraordinaire occasion de saisir, dans les mots, la beauté – mais aussi la fragilité - du monde. Avec le poème, il s’agit peut-être moins d’inventerde la beauté que de faire uninventairede la beauté. »

Plusieurs de ses titres ont été publiés aux éditions David, dont Le ciel de la basse-ville, son plus récent recueil, paru en 2014. Ses livres sont bien sûr disponibles dans le réseau de la Bibliothèque de Québec, dont la Maison de la littérature.

 

Crédit photo tous droits réservés

Retour sur la page blogues

On vous invite à commenter cet article sur notre page Facebook

Commentez