Retour sur la page blogues

Une résidence ouverte sur le monde

Jeudi 8 décembre, nous avons accueilli Salah El Khalfa Beddiari, notre nouveau résident. Il sera à la Maison jusqu'à la fin de février dans le cadre de la résidence Exil et liberté, que nous organisons depuis 2006 en partenariat avec le Centre québécois du PEN International. Salah a fui l'Algérie en 1994 pendant la guerre civile. Ayant obtenu l'année suivante le statut de réfugié au Canada, il vit depuis à Montréal. Il a commencé à écrire après avoir quitté son pays natal, et a publié notamment le recueil de poésie La mémoire du soleil (Hexagone, 2000) et le roman Le joueur (Beroaf, 2013). Très impliqué dans l'enseignement des langues, Salah est un homme engagé, qui fait une promotion continue des auteurs arabes et berbères écrivant en français au Québec. Édition, blogue, il multiplie les plateformes pour faire connaître des auteurs talentueux, mais peu reconnus par le réseau traditionnel du livre québécois. Pendant son séjour, il travaillera à la rédaction d'un nouveau roman, et il aura l'occasion de partager ses coups de cœur.

 

Salah succède à Anaïs Sautier, accueillie dans le cadre de la résidence croisée Québec-Paris, qui a éclairé la Maison de sa présence lumineuse ces trois derniers mois. Les gens qui fréquentent la Maison ont peut-être remarqué cette jeune femme installée avec son ordinateur et son casque d'écoute, qui écrivait dans l'espace bibliothèque. Et elle a bien travaillé, comme en fait foi la lecture d'extraits de son travail, le 30 novembre, dernier jour de sa résidence chez nous. Travailleuse sociale, Anaïs est très impliquée auprès des migrants qui arrivent en France. La Jungle de Calais, par exemple, elle a bien connu... Le roman auquel elle a travaillé à Québec s'intéresse d'ailleurs de près à cette question.

 

Pendant qu'Anaïs découvrait Québec, cette résidence croisée a permis à l'auteure et performeuse de Québec Hélène Matte, de passer l’automne à Paris. Connaissant l’intérêt d’Hélène pour la poésie et les spectacles littéraires, nous osons croire que le fruit de sa résidence sera présenté sur une scène de Québec dans les prochains mois.

 

Les résidences de la Maison de la littérature : des histoires à suivre…

Retour sur la page blogues

On vous invite à commenter cet article sur notre page Facebook

Commentez