Retour sur la page blogues

Coup d’œil sur des périodiques littéraires québécois et internationaux

Revue de presse du 22 février 2018
22 février 2018

Le Devoir

Cahier Lire

17 et 18 février 2018

 

Le cahier Lire du Devoir débute avec une entrevue de l’auteur syrien Omar Youssef Souleimane. Exilé en France et écrivant désormais en français, ce dernier vient tout juste de faire paraître son premier livre en prose, Le petit terroriste. Il y raconte sa propre histoire, partant de sa jeunesse, alors qu’il « rêvait […] de former une cellule terroriste à la solde d’Oussama Ben Laden » jusqu’au jour où il devient dissident, puis écrivain français.

 

En page 30 se trouve une autre entrevue avec l’écrivaine Heather O’Neill. Alto vient de faire paraître une traduction de son roman Hôtel Lonely Hearts, un livre qui narre la vie de deux orphelins dans le Montréal des années folles et de la crise. Louis Hamelin propose ensuite une chronique dans laquelle il nous parle du plaisir coupable de lire En avoir ou pas, d’Ernest Hemingway, « dans ce climat moral de bien-pensance toute-puissante et de puritanisation de la culture ».

 

Louis Cornellier écrit sur la relecture du passé que nous faisons en produisant des œuvres modernes inspirées de classiques. Il critique le sensationnalisme de la série Les pays d’en haut tout en saluant la réécriture de La Scouine par Gabriel Marcoux-Chabot. « Son roman n’a pas le charme centenaire de l’ancien, mais il en dit la force qui perdure », affirme-t-il.

 

Yannick Marcoux fait une critique élogieuse du roman Débâcle, de l’écrivaine belge Lize Spit, et Dominic Tardif présente une entrevue avec les deux essayistes Maxime Catellier et Robert Lévesque, respectivement auteurs de Le temps présent et Décadrages, qui « s’inquiètent de l’érosion du discours critique et de l’aplanissement des voix discordantes ».

Lire

No 462

Février 2018

 

 

Le magazine Lire offre, dans la série « L’univers d’un écrivain », une entrevue avec Delphine de Vigan, qui ouvre la porte de l’appartement où elle vit et travaille. Son dernier roman, Les loyautés, est paru dernièrement aux éditions JC Lattès. Une section spéciale est aussi consacrée à Jean d’Ormesson, décédé en décembre dernier, à l’âge de 92 ans. Lire, retranscrit, entre autres, une entrevue que l’auteur avait accordée à Bernard Pivot en 1978.

 

Un dossier de vingt pages s’attarde ensuite aux histoires courtes, des fables de La Fontaine jusqu’aux Microfictions, de Régis Jauffret, dont le deuxième volume vient de paraître chez Gallimard. On qualifie le dernier ouvrage d’« instantanés réunis en mosaïque [qui semblent constituer] un véritable portrait de l’humanité ». Le cahier critique présente ensuite des extraits des derniers livres d’Elena Ferrante, L’Enfant perdue – L’Amie prodigieuse IV, et de Jonathan Franzen, Phénomènes naturels, de même que les appréciations de 4321, de Paul Auster, qu’on qualifie de « grand laboratoire du comportement humain » et de « livre total ». Couleurs de l’incendie,de Pierre Lemaître, obtient aussi une appréciation enthousiaste; on dit qu’il est encore
« plus profond, plus émouvant et plus révolté » qu’Au-revoir là-haut, dont il constitue le deuxième volet.

Retour sur la page blogues

On vous invite à commenter cet article sur notre page Facebook

Commentez