Retour sur la page blogues

Revue de presse du 11 mai 2017

Lire

No. 455

Mai 2017

Dans son numéro de mai, Lire offre un dossier sur les sagesses antiques dans lequel on propose de revenir aux sources de la philosophie pour éclairer notre quotidien. Au sommaire de ce dossier, on retrouve entre autres, des entretiens avec Fabrice Midal et Alexandre Jollien ainsi qu’une enquête intitulée « Les nouveaux professeurs de bonheur ».  

 

Julien Brisson s’entretient avec l’écrivain espagnol Arturo Pérez-Reverte, à l’occasion de la sortie de Deux hommes de bien, roman qui célèbre la grande aventure des Lumières et le triomphe de la raison.

 

La rubrique « Dans l’univers d’un écrivain » propose un voyage sur la route du souvenir avec Philippe Labro. Du côté du roman français, on peut lire des critiques des derniers livres d’Éric Vuillard, de Laetitia Colombani et de Claire Castillon; côté littérature étrangère, on s’attarde aux romans de Margaret Drabble, de Jòn Kalman Stefànsson et de Karen Russell.

 

 

Le Devoir

Cahier livres

5 et 6 mai 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

En couverture du cahier de cette semaine, on retrouve une entrevue avec le philosophe Edgar Morin qui présente son dernier essai, Connaissance, ignorance, mystère. Caroline Montpetit rencontre l’homme-orchestre Raôul Duguay à l’occasion de la publication de sa biographie.

 

Dans la foulée de la remise du Prix littéraire des collégiens, on publie les cinq plus belles critiques des collégiens sur les livres des finalistes.  

 

Au rayon littérature québécoise, les critiques présentent les livres de Bernard Dionne, d’Alain Bernard Marchand et de Clément de Gaulejac.    

 

Du côté de l’essai, on commente les livres La langue affranchie, d’Anne-Marie Beaudoin-Bégin, Future Sex, d’Emily Witt et Le retour de l’histoire : conflits et migrations au XXIe siècle, de Jennifer Welsh.

 

Enfin, on suggère la lecture de La place forte, premier roman du français Quentin Lafay, fiction inspirée de la réalité qui met en scène un jeune ministre des Finances, rappelant un certain Emmanuel Macron.

 

 

 

Retour sur la page blogues

On vous invite à commenter cet article sur notre page Facebook

Commentez