Retour sur la page blogues

Lire ensemble

Pour tout lecteur, l’un des plus grands plaisirs est certainement de partager son enthousiasme pour un bouquin aimé. Cette ferveur lancée à l’autre qui le pousse à griffonner le titre du livre sur un bout de papier qui s’égarera assurément dans un portefeuille et qui provoquera une ruée en librairie ou en bibliothèque, lorsque retrouvé quelques semaines plus tard.

 

Un club de lecture, c’est un moyen parfait pour rencontrer un lot de passionnées et de passionnés. Rien de plus beau que d’être aux côtés de gens qui s’émerveillent devant un personnage parfaitement crédible, qui débattent sur le sens d’un passage alambiqué ou qui s’esclaffent à la lecture d’un extrait particulièrement bien tourné.

 

Au cours des six derniers mois, je me suis fait plaisir en participant au Club de lecture du premier roman, présenté à la Maison de la littérature et animé par la formidable Leïka Morin. L’objectif partagé consistait à lire 10 premiers romans québécois et 10 français qui célébraient l’effervescence de la littérature actuelle. Deux fois par mois, nous nous rencontrions pour échanger sur ces lectures, et, en conclusion, pour couronner les meilleures découvertes de l’année.

 

La quinzaine de lectrices et lecteurs de notre club venaient de tous horizons : voilà qui rend l’exercice encore plus enrichissant. Des retraitées et retraités côtoyaient des étudiantes et étudiants. Des gens de divers milieux se voisinaient (santé, enseignement, communication, traduction, etc.). Les uns surlignaient des passages entiers, d’autres jonchaient leur livre de Post-it. Un mélange hétéroclite et tellement rafraîchissant. J’ai été happé par la rigueur de leur lecture, par la richesse des échanges. J’ai été séduit par leur enthousiasme débordant. J’ai été impressionné par la qualité des interventions. C’est un clan serré qui s’est tissé au fil des mercredis. Lire impose un temps pour soi, mais quand ce moment trouve écho chez d’autres, ça crée des moments inoubliables. 

 

Je ne peux donc que vous inviter à participer à l’un ou l’autre de ces clubs présentés dans vos bibliothèques. D’ailleurs, en mars, à l’occasion de l’initiative Une ville, un livre – que nous avons pris tant de plaisir à développer –, nous ouvrons ces clubs de lecture au plus grand nombre. Venez échanger avec nous après avoir lu le lumineux et réconfortant Les chars meurent aussi de Marie-Renée Lavoie : vous y découvrirez des concitoyennes et concitoyens aussi passionnés que vous. Ne manquez également pas la rencontre publique avec l’écrivaine présentée à la Maison de la littérature le 31 mars prochain. Tous les détails sur cette initiative se trouvent au unevilleunlivre.ca.

 

Ah oui, pour les curieux qui cherchent à rallonger leur pile à lire, voici les choix de notre club de lecture local.

 

Catégorie Québec :

 

1- La bête creuse de Christophe Bernard (Le Quartanier)

2- Bon chien de Sarah Desrosiers (Hamac)

3- Noms fictifs d’Olivier Sylvestre (Hamac)

 

Catégorie France :

 

1- La vraie vie d’Adeline Dieudonné (Iconoclaste)

2- Ça raconte Sarah de Pauline Delabroy-Allard (Minuit)

3- La vérité sort de la bouche du cheval de Meryem Alaoui (Gallimard)

 

Les finalistes communs de tous les clubs de lecture (18 au Québec) se trouvent ici : https://www.uneq.qc.ca/2019/03/01/rendez-vous-du-premier-roman-finalistes