Retour sur la page blogues

Plume Latraverse a 70 ans !

En ce 11 mai 2016, Plume Latraverse, né Michel Latraverse, fête son 70e anniversaire de naissance. Cet artiste majeur de la contre-culture québécoise, est autant connu pour sa carrière marginale que pour son personnage de fêtard. C’est au début des années 1960 que l’auteur-compositeur-interprète débute sa carrière. D’abord attiré par le rock, il passe à la composition de chansons d’inspiration folk en 1964. Après avoir écumé plusieurs sous-sols d’églises et autres boîtes à chanson montréalaises, il fonde en 1970 le trio La Sainte-Trinité, à l’occasion d’un spectacle à la Maison du pêcheur de Percé. Composé de Plume, Pierre Landry (Docteur Landry) et Pierre Léger (Pierrot le fou), le groupe enregistre un premier 33 Tours en 1971. Un enregistrement qui lance la longue discographie de l’homme de chansons, laquelle regroupe aujourd’hui une trentaine d’albums.

 

De nombreuses collaborations musicales s’ensuivent, que ce soit avec son durable complice Steve Faulkner, auprès d’Offenbach en 1983 (tournée À fond d’train), ou en marge de tournées en France, au Canada anglais et en Europe. Le film documentaire Ô rage électrique (Films du crépuscule, 1985) témoigne de ce parcours mais aussi de la fascination de Plume Latraverse pour le célèbre et grognon Capitaine Haddock.

 

Si Bobépine et Jonquière sont des chansons familières du répertoire des bars québécois, c’est un Plume Latraverse différent que l’on découvre comme peintre ou encore dans ses romans, dont Pas d’admission dans histoire (1993). Dans une intégrité renouvelée, il transmet la vie quotidienne de la jeunesse des années 1970, une vision de la société contemporaine, parfois acide, parfois légère. Certains considèrent « qu’il pratique, dans la chanson, ce que d’autres ont réussi dans le monologue : un humour social. » (Québec Français, Gilles Perron, 1998). Ayant déjà déclaré préférer être un « joyeux amateur qu’un triste professionnel » (Le Droit, Ottawa, 13 janvier 1977), il n’en a pas moins été maintes fois récompensé (Médaille Jacques-Blanchet, 1994; Prix Hommage Félix, 2002).

 

Joyeux anniversaire à ce « mouton noir » sans concession de la littérature québécoise, que l’on retrouve au sein de l’exposition En toute liberté!

Retour sur la page blogues

On vous invite à commenter cet article sur notre page Facebook

Commentez