Retour à la programmation

Vendredi 3 mai 2019

Spectacles et événements

Scène littéraire


20 h 00
13 $
Achetez
en ligne
Carnaval Carnivore - Supplémentaire!

Cabaret musical et poétique où défilent des jeux de mots, de langages… et de masques. Ces masques endossés jour après jour afin de survivre à la violence médiatisée, à la course à l’hypersexualisation, aux stéréotypes sociaux qui résultent de l’assimilation culturelle, bref, la liste est longue. D’autres masques, plutôt que de nous enfermer, s’offrent à titre de porte de secours : la piqûre du voyage, les promesses de l’amour… Une poésie empreinte d’une certaine cruauté, dont les mots deviennent une matière de création qui échappe aux lois du langage uniquement littéraire pour se matérialiser, vivants, sur scène.


Avec Thomas Langlois
Conception musicale et sonore : Frédéric Dufour 

 

Créateur tant multidisciplinaire qu’indiscipliné, Thomas Langlois se produit lors de spectacles hybrides liés à la poésie orale et à l’expérimentation théâtrales. Il a remporté plusieurs distinctions dont le titre de Champion Slam de la Capitale (à trois reprises : 2011, 2015, 2017), de Champion Slam du Québec (2017 et 2018) et de Vice-champion du monde à la Coupe mondiale de slam de Paris (2018). Cofondateur et créateur actif des collectifs Dans Ta Tête (DTT) et P’lis d’langue, il est aussi cofondateur et codirecteur général et artistique de JokerJoker, organisme de diffusion nomade de spectacles multidisciplinaires.

 

Charlevoisien d’origine, Frédéric Dufour est guitariste, compositeur et concepteur sonore.  Il est reconnu pour ses riches textures musicales et ses atmosphères qui mettent en valeur la parole des artistes qu’il accompagne. Sa musique s’est retrouvée dans de nombreux spectacles, événements et festivals dont le Mois de la poésie, Les correspondances d’Eastman et le projet de médiation culturelle Tout à coup la poésie. Plus récemment, il a participé au Festival du conte et de la légende de l’Innucadie et à la Grande Nuit de la poésie de St-Venant-de-Paquette.

 

Photo : Caroline Filion