Retour à la programmation

Vendredi 14 juin 2019

Spectacles et événements

Scène littéraire


17 h 30
Gratuit
Accès Libre
Hivernages - Sortie de résidence en traduction

Au terme d’une résidence de deux semaines autour de la traduction vers l’anglais du roman Hivernages, la traductrice Julia Jones et l’autrice Maude Deschênes-Pradet invitent le public à jeter un coup d’œil dans les coulisses d’un métier souvent exercé dans l’ombre. Lors de cette soirée, les deux artistes présentent les grandes lignes de leur aventure de création, donnent un aperçu des défis posés par la traduction du roman et lisent des extraits côte à côte.

 

Cette première résidence de traduction à la Maison de la littérature est organisée en partenariat avec l’Association des traducteurs et traductrices du Canada. La sortie de résidence est animée par Sonya Malaborza, représentante de l’ATTLC pour les provinces atlantiques.

 

*

 

Julia Jones est une traductrice littéraire émergente basée à Montréal. Native d’Edmonton, elle détient un baccalauréat en études françaises de l’Université Dalhousie et une maîtrise en traductologie de l’Université Concordia. Avant de se découvrir une passion pour la traduction, Julia a enseigné l’anglais en France et au Québec. Depuis, elle a signé une co-traduction de Mauve Motel, une œuvre crée à partir de lettres échangées entre Simon Dumas et Nicole Brossard. La traduction d’Hivernages de Maude Deschênes-Pradet sur laquelle elle travaille lui a permis, en juin 2018, de séjourner avec l’autrice au Centre international de traduction littéraire de Banff.

 

Maude Deschênes-Pradet est écrivaine, chargée de cours en création littéraire et professeure de yoga. Elle a publié deux romans, La corbeille d’Alice (finaliste au prix Senghor du premier roman francophone et francophile 2014) et Hivernages (prix Horizons imaginaires 2019), tous deux chez XYZ. Elle a obtenu un doctorat en littérature et création de l’Université de Sherbrooke pour sa thèse portant sur les lieux inventés, laquelle vient de paraître chez Lévesque éditeur (Habiter l’imaginaire : pour une géocritique des lieux inventés, 2019).