Retour à la programmation

Vendredi 9 mars 2018

Spectacles et événements

Scène littéraire


20 h 00
Gratuit
Accès Libre
Solitudes (sortie de résidence Acadie-Québec)

Isolés le temps d'une semaine en résidence de création, les auteurs Jean Désy et Marie-Andrée Gill (Québec) ainsi que Gabriel Robichaud et Serge-Patrice Thibodeau (Acadie) unissent leurs voix et leurs solitudes : la solitude individuelle, celle qui confronte à soi; la solitude en nature, celle qui de se détache du monde, paisible ou tourmentée; la solitude comme un retour sur soi pour ensuite mieux s'ouvrir; la solitude obligée ou choisie; les solitudes territoriales ou linguistiques, de frontières entretenues, créées, imaginaires, ou à faire éclater.

 

Résidents 2018

 

Jean Désy est né au Saguenay. Il enseigne à l’Université Laval en médecine et en littérature depuis une vingtaine d’années. Il pratique toujours la médecine dans le pays cri de la Baie-James, au Eeyou Istchee, mais aussi chez les Inuits, au Nunavik, en tant que dépanneur. Les principaux champs d’intérêt de Jean Désy demeurent le Nord, le rapport à la Nature et les liens avec l’autochtonie québécoise. Parmi ses dernières parutions, un essai sur la quête identitaire intitulé Amériquoisie et paru au cours de l’automne 2016 chez Mémoire d’encrier. Un essai intitulé La route sacrée, en collaboration avec Isabelle Duval, à propos de la spiritualité et du religieux, aux éditions XYZ, au cours du printemps 2017. Un recueil de poésie intitulé Chorbacks, publié aux éditions Mémoire d’encrier, en octobre 2107. Et enfin un recueil de poésie illustré avec des photographies d’Isabelle Duval, intitulé Noires épinettes et publié aux éditions d’art Le Sabord en novembre 2017.

 

Marie-Andrée Gill est née à Mashteuiatsh. Elle est étudiante à la maîtrise en lettres à l'Université du Québec à Chicoutimi. Elle habite au Saguenay et écrit sur les réalités de villages, les enjeux autochtones, les relations avec le territoire et amoureuses. Son écriture se promène entre kitsch et existentiel, alliant les identités québécoises et ilnues. Son premier recueil, Béante (La Peuplade) a reçu le Prix littéraire Poésie 2013 du Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jeanet a été finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général en 2013, dans la catégorie poésie. Frayer (La Peuplade) a remporté le Prix littéraire Poésie 2016 du Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean et à été finaliste au Prix Emile Nelligan de 2015.

 

Gabriel Robichaud vient de Moncton. Comédien, il écrit (poésie/théâtre) et chante aussi. Sur scène, on a pu le voir un peu partout au pays ces dernières années. À la télévision, il joue Zoel Bourgeois dans la nouvelle série À la Vadrague. Au théâtre, il est l'auteur du Lac aux deux falaises (Prise de parole, 2016) et de Cocktail (Possible Éditions, 2015, dans le collectif Y parait). Sa pièce Crow Bar sera produite dans les mois à venir. Sa nouvelle Char lui valait la médaille d'argent aux Jeux de la Francophonie d'Abidjan en 2017. Après La promenade des ignorés (2011) et Les anodins (2014), il publie en mars 2018 Acadie Road, son troisième recueil de poésie, aux Éditions Perce-Neige.

 

Serge Patrice Thibodeau est originaire de Rivière-Verte, au Nouveau-Brunswick. Il a publié une vingtaine d’ouvrages depuis 1990 (poésie, essais, récits de voyage, traduction). Ses livres ont reçu plusieurs prix et reconnaissances, dont le prix Émile-Nelligan et le Prix littéraire du gouverneur général à deux reprises. Il est membre de l’Académie des lettres du Québec et il dirige les Éditions Perce-Neige, à Moncton.

 

 

             

 

 

Photo de Jean Désy : Isabelle Désy
Photo de Marie-Andrée Gill : Sophie Gagnon Bergeron
Photo de Gabriel Robichaud : Marianne Duval
Photo de Serge Patrice Thibodeau : Germaine Comeau