Expositions temporaires

Placeholder

Courtepointe, l'exposition! - Du 10 au 29 mars

L'exposition Courtepointe est dédiée au jeune public et aux familles. Résultat de rencontres entre les artistes Nicolas Jobin, Marjorie Audet et Carole Baillargeon avec des centaines de participants et participantes provenant de divers milieux, Courtepointe propose une expérience unique. Petits et grands sont invités à explorer ce village miniature où de gentils mystères et d'intimes secrets seront révélés.

Des ateliers créatifs en lien avec les arts textiles, la composition musicale et l’écriture dramatique sont donnés en complément les 15 et 22 mars, toujours à la Maison de la littérature.

Le spectacle Courtepointe, dédié aux 6 ans et plus, est présenté du 11 au 26 mars au Théâtre jeunesse Les Gros Becs.

Crédits de l'exposition
Une production du Théâtre du Gros Mécano
Avec le soutien financier du Conseil des arts du Canada et de la Ville de Québec dans le cadre de son entente avec le Ministère de la Culture et des Communications du Québec
Artistes et médiateurs culturels : Marjorie Audet, Carole Baillargeon et Nicolas Jobin
Coordonnatrice et médiatrice culturelle: Léa Fischer-Albert
Aide à la production : Nathalie Côté, Marc St-Jacques et Gonzalo Castro Soto
Vidéaste réalisateur : Marc-Antoine Blais

Photo : Marc-Antoine Blais

Remerciements aux participant.e.s, aux collaborateurs et collaboratrices, aux donateurs et donatrices de rouleaux de carton et de livres, aux enseignant.e.s et aux organismes qui ont accueilli le projet.

 

Placeholder

Les futurs disparus - Du 26 février au 9 avril

Les futurs disparus est un hommage aux humains qui disparaissent au quotidien et aux époques jadis rêvées qui sont maintenant des passés à raconter. Le récit des visages qui s’interchangent sur une terre qui se transforme et appartient à tous les temps.

Connaissant les deux artistes, Richard Séguin a proposé la rencontre entre le photographe René Bolduc et la parolière Mélanie Noël avec l’idée d’unir les images et la poésie du duo le temps d’une exposition, laquelle a mené à la publication d’un livre.

René Bolduc utilise différentes techniques contemporaines et ancestrales, comme le collodion humide, pour produire des photos au cachet unique. Le photographe chasse les coins perdus, les terres reculées, les gens solitaires et les immortalise avant qu’ils se transforment ou disparaissent. Son penchant pour les personnes ridées et les natures mortes où pousse la vie inspire une poésie intemporelle et universelle. L'exposition offre un temps d'arrêt dans un monde qui ne cesse de tourner.

Placeholder

Compositions - Du 15 janvier au 23 février

Michel Gaboury s’intéresse depuis quelques années à l’écriture et à ses conditions de mise en visibilité. Compositions présente des chansons québécoises et françaises qui ont particulièrement touché l’artiste. Les dessins présentés tentent de traduire, par la répétition de quelques mots disposés sous forme de disques, l’émotion que ces chansons ont suscitée chez lui.

Par ses traits de crayon, l’artiste évoque une forme d’anxiété perpétuée dans la récurrence, tel un refrain interminable, rappelant du même coup l’apprentissage scolaire de l’écriture ou encore l’écriture musicale.

Ces œuvres calligraphiées de Michel Gaboury transposent les paroles des chansons choisies en formes géométriques. Ses compositions abstraites, structurées, recèlent ici et là des paroles à deviner, à découvrir.

Placeholder

Monstrueusement vôtre, d'Emil Ferris - Du 7 décembre 2019 au 3 janvier 2020

Née en 1962, Emil Ferris gagne d’abord sa vie en dessinant des jouets et en participant à la production de films d’animation. À l’âge de 40 ans, elle se fait piquer par un moustique et ne reprend ses esprits que trois semaines plus tard, à l’hôpital, victime d’une des formes les plus graves du syndrome du Nil occidental. Elle ne pourra sans doute plus jamais marcher ni dessiner. Emil décide de se battre. Elle entame une longue et douloureuse convalescence, s’inscrit au Art Institute of Chicago et commence l’écriture d’un roman graphique qui s’étendra sur quelques 800 pages : My Favorite Thing Is Monsters. Du jour au lendemain, Emil Ferris est propulsée parmi les « monstres » sacrés de la bande dessinée.

Amoureuse de Québec depuis sa première visite à l’automne 2018, l’artiste américaine établie à Chicago a accepté l’invitation de la Maison de la littérature à venir travailler ici à de nouveaux projets, que vous pourrez voir évoluer dans le cadre de cette exposition, ainsi qu’à la suite de son ambitieux cycle. C’est la première fois que son travail est exposé au Canada.

            

Placeholder

L'enfant dans le miroir - Exposition-hommage - Du 9 septembre au 17 novembre 2019

Le festival présente l’entièreté des œuvres originales du livre L’enfant dans le miroir, un conte de Nelly Arcan illustré par Pascale Bourguignon, qui traite des angoisses reliées à la quête de beauté. Cette exposition souligne le 10e anniversaire du décès de cette écrivaine phare du début des années 2000.

En collaboration avec les éditions Marchand de feuilles 

 

 

 

Placeholder

Les éditions Marabout, Bob Morane et le Québec - Du 18 juin au 25 août 2019

Combien de Québécois et Québécoises ont découvert, grâce à l’écrivain Henri Vernes, le plaisir de lire en dévorant les aventures de Bob Morane? Cela, ils et elles le doivent en partie à Dimitri Kasan, diffuseur des éditions Marabout, installé à Québec de 1951 à 1973. Il a persuadé le hockeyeur Jean Béliveau de devenir porte-parole de Marabout et a convaincu Henri Vernes de visiter les chantiers hydroélectriques en construction pour y camper l’intrigue de Terreur à la Manicouagan. Ancré dans sa nouvelle ville, Kasan a travaillé avec les libraires de Québec et a même organisé un salon du livre à L’Institut Canadien de Québec, aujourd’hui la Maison de la littérature. 

Douze panneaux, trois vitrines et deux postes d’écoute font le tour d’horizon des publications phares de Marabout et de son matériel promotionnel. Cette exposition permet ainsi de comprendre pourquoi Bob Morane et les autres livres à succès de cette maison d’édition belge fondée en 1949 ont autant conquis le cœur des Québécois et Québécoises.

Vernissage le jeudi 27 juin à 17 h
Réservation : 418 641-6797, poste 3 ou info@maisondelalitterature.qc.ca

Placeholder

Le Naufrage, de Charles-Frédérick Ouellet - Du 27 avril au 9 juin 2019

Le Naufrage est un projet d'investigation photographique à la lisière de l'approche documentaire et du document historique.Cette exposition propose une vision personnelle du fleuve Saint-Laurent inspirée par son héritage culturel et son folklore. Allant de la représentation brute à l'impression onirique, les images cherchent à évoquer l'empreinte laissée par les éléments naturels.

Durant plusieurs années, Charles-Frédérick Ouellet s'est intéressé à la figure du pêcheur comme symbole de nos origines. À travers leurs regards, il a commencé à voir le littoral, l'horizon, la mer, le vent et le ciel comme des éléments actifs de leur environnement. Les photographies qu'il a rapportées de ses périples en mer laissent place à des scènes abstraites représentant le paysage maritime. Des images de paysages réalisées le long des côtes de la Gaspésie et de la Côte-Nord présentent également des lieux de naufrage qui portent les marques invisibles du passé.

Placeholder

Terres éloquentes, d'Anne-Marie Proulx - Manif d'art 9 - Du 16 février au 20 avril 2019

Par sa démarche, Anne-Marie Proulx puise dans le savoir et l’héritage symbolique des communautés innues pour restaurer les rapports humains au territoire par le dialogue interculturel.

Son exposition photographique investit plusieurs espaces de la Maison de la littérature. Un diptyque impressionnant accueille les visiteurs dans le vestibule, liant l’exposition intérieure à l’installation photo située sur le parvis. Les images font référence à la tente qui, par son caractère nomade, permet d’habiter le territoire avec respect en y minimisant les impacts. Un dialogue intime entre l’artiste et son ami d’origine innue Mathias Mark, réel habitant du territoire présenté, complète l’exposition.