Retour à la programmation

Jeudi 26 mai 2022

Exposition

Espace d'exposition


Du 4 mai au 12 juin
Gratuit
Accès Libre
Everglades

Invité par les organisations U.S. National Park Service et Artists in Residence in Everglades, le duo d'artistes multidisciplinaires néo-brunswickois Valérie LeBlanc et Daniel H. Dugas a travaillé au cœur du parc national des Everglades durant le mois de juillet 2014. Son exposition bilingue se compose de douze vidéopoèmes et de douze marches sonores avec photographies. Chacun des éléments possède ses propres paramètres de fonctionnement, fondés sur la poésie vidéo, la photographie ou la cartographie sonore. L'ensemble résulte de données recueillies à diverses sources et de la distillation de la présence des artistes sur le terrain.

 

 *L’exposition comporte des codes QR. Il est préférable d’apporter vos téléphones intelligents munis d’une application pouvant lire les codes QR ainsi que vos écouteurs. Il est également possible d’utiliser un lecteur audio sur place.

 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De tous les aspects que nous avons explorés dans le parc national des Everglades, c’est la présence humaine et son interaction avec l’environnement qui sont devenues le point central de notre travail. Qu’il s’agisse de l’aire de pique-nique abandonnée de Chekika, de la base de missiles Nike HM-69 ou des ruines de Deer Pen près de Paradise Key, toutes ces traces révélaient quelque chose de l’intervention humaine dans ces milieux naturels. Les traces du passage humain sont recouvertes, envahies pas les mauvaises herbes, rongées ou rouillées au fur et à mesure que les plantes, les animaux et le climat en reprennent possession. En regard des forces de la nature, ces sites envahis par la végétation peuvent être vus comme des memento mori, rappels de la mortalité. En même temps, ils attestent du rayonnement de la vie…



Of all the layers contained in the Everglades National Park, it was the human presence and interaction that became the focus of our work. Whether it was the recently abandoned Chekika day use area, the HM-69 Nike missile base or the Deer Pen ruins near Paradise Key, all of these traces revealed something about human intervention within natural settings. Trace elements have become covered, overgrown, eaten or corroded as plants, animals and climate reclaim them. Within the operating forces of nature, overgrown sites can be seen as memento mori, reminders of mortality. At the same time, they are also evidence of life reverberating…